The Ultimate Angels : quand la communauté trans du Pigalle des années 80 est mise à l’honneur

Au cours du mois de juillet, la Galerie Herrick à Londres célébrait la culture trans. L’ouvrage The Ultimate Angels de Byron Newman, qui retrace la vie des femmes trans du Pigalle des années 80, y était exposé. L’occasion de revenir sur le livre de Byron Newman.

Ces dernières années, les conditions de vie des femmes transgenres ont évolué. Le facteur le plus important est la hausse de visibilité. Les médias se sont, en effet, ouverts à cette communauté, leur laissant la chance de s’exprimer et de faire valoir leur légitimité auprès du monde. On a pu le voir notamment avec la une du Time consacré à Laverne Cox alias Sofia de la série Orange is the new black, ou encore grâce au portrait d’une enfant trans de National Geografic.

Cependant, souvent insultées, violées ou même tuées, la vie des femmes transgenres n’a pas toujours été si simple. Un véritable combat a été mené pour arriver au point où elles en sont : on pense à Bambi, danseuse au Carrousel du Louvre, ou encore Coccinnelle, danseuse au cabaret Madame Arthur. Toutes, à leurs niveaux, ont participé à cette évolution.

Des femmes fortes

Nous sommes en 1980, lorsque le photographe Byron Newman décide de documenter la vie de ces femmes, dites « travelo ». Mais pas n’importe lesquelles, celles de Pigalle.

À 30 ans, Newman emménage à Paris afin d’occuper le poste de directeur artistique d’un magazine parisien. Lui et sa femme, l’actrice française Brigitte Ariel, se lient très vite d’amitié avec ces femmes. Le photographe décide alors d’immortaliser ces moments à l’aide de son appareil photo.

Ex-photographe pour Playboy, il aime photographier les femmes qui ont le contrôle de leur vie, qui représentes la force et à la fois le glamour. Des caractéristiques qu’il a su retrouver dans le comportement des femmes trans de Pigalle. Au total, une quarantaine sont présentes dans l’ouvrage The Ultimate Angels. Toutes sont originaires du Brésil et sont des travailleuses du sexe.

En marge de la société

La réalisation de cet ouvrage avait pour but de montrer une réalité. À cette époque, les femmes trans vivaient en marge de la société. Elles étaient totalement exclues. Paris Match était le seul média à avoir réalisé un reportage sur elles. Malheureusement, l’image qu’il en donnait était sombre.

Newman décida donc de les suivre au cours de leur quotidien, pas seulement lorsqu’elles allient travailler. Ses photos les montrent en effet lorsqu’elles sortaient entre amis, qu’elles se promenaient, qu’elles bronzaient. En documentant leur vie, le photographe désirait casser cette mauvaise image qui leur avait été donnée, car elles étaient différentes de la majorité de la population.

Photos : © Byron Newman

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

Recevez toute notre actualité
en vous inscrivant à notre Newsletter
...