Chronique : “Diane a les épaules”, un mélange d’humour et de subtilité

Diane a les épaules est un mélange d’humour et de subtilité. Ce film nous invite à réfléchir sur la gestation pour autrui. Il pose la question de savoir comment Diane, une mère porteuse, va vivre cette période de sa vie.

Lorsqu’on « a les épaules » pour faire quelque chose, cela signifie qu’on est capable de faire quelque chose. Diane pense qu’elle est parfaitement capable de porter l’enfant de ses deux amis, homosexuels, et de se séparer du bébé à la naissance. Elle s’image que cela n’aura pas d’incidences physiques ou psychologiques sur elle.

Mère porteuse et amoureuse

Pendant sa grossesse, Diane ne s’attend pas à tomber sous le charme de Fabrizio. Entre cette nouvelle histoire d’amour, sa grossesse, et ses deux amis qui ne lui laissent pas une minute pour respirer, Diane essaye de trouver un équilibre. Fabrizio se demande quel rôle jouer face à cette grossesse, et semble se projeter dans le rôle de père de l’enfant. Une des forces de ce film c’est la merveilleuse performance de Clotilde Hesme, dont le portrait sonne juste et vrai, et d’ailleurs, le casting entier du film est composé de très bons acteurs.

Fabien Gorgeart confie que Diane a les épaules, son premier long métrage, raconte l’histoire d’une mère porteuse en particulier, qui va accepter de devenir mère porteuse. Le réalisateur ne prétend pas affirmer que toutes les femmes le vivraient de la même façon.

La question des conséquences de la gestation pour autrui

Ce film pose la question des conséquences de la gestation pour autrui pour la mère, et pour le bébé. Diane essaye de ne pas penser au fait qu’elle va se séparer de l’enfant jusqu’au moment de la séparation.

Il s’agit d’un film qui est dans l’air du temps puisque les avancées de la médecine font évoluer les façons de procréer. La gestation pour autrui est interdite en France et passible de 75 000 euros d’amendes. On peut se demander si sous cette interdiction de la GPA, la France n’entend pas défendre un modèle de « perfection » de la famille, qui serait celui d’un couple hétéro. En effet, la GPA donne la possibilité à de nouvelles formes de famille de se créer, au grand désespoir de ceux qui sont attachés à un unique modèle de la famille.

Certains pays comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou l’Afrique du Sud ont adopté une autre position que celle de la France. Ils ont légiféré pour autoriser la pratique de la gestation pour autrui, avec plus ou moins de latitude, et de dispositifs d’encadrement des pratiques.

Dans Diane a les épaules, il y a un accord entre Diane et ses amis et pas de transaction commerciale. Cependant, certains défendent l’idée d’une GPA commerciale, comme par exemple Ruwen Ogien, philosophe libertaire. Il pense que la GPA ne doit pas être gratuite puisque sinon, le couple qui reçoit l’enfant se sent redevable à l’égard de la mère porteuse. Ruwen Ogien pense que le couple qui reçoit l’enfant doit payer pour se sentir quitte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Recevez toute notre actualité
en vous inscrivant à notre Newsletter
...