“Tous bâtisseurs de liens” : l’hôtel de Sully accueille dans ses murs le photographe JR

Hotel de Sully

© Habitat et Humanisme

Nous avons tous vu ou entendu parler des œuvres de JR, remarquables de par leur taille et souvent sujet à polémique. On se rappelle notamment de son trompe l’œil géant sur la pyramide du Louvre, des visages de palestiniens et d’israéliens placardés côte à côte sur les murs de Gaza ou encore de Kikito l’enfant mexicain qui regarde le territoire américain par delà le mur frontalier.

Les œuvres de JR sont imprégnées d’une dimension politique et sociale. Que ce soit la défense de l’égalité entre homme et femme, la critique de la politique migratoire de Donald Trump ou encore de la violence dans les favelas, l’artiste fait des sujets d’actualité la toile de fond de son œuvre, sans pour autant imposer un point de vue. Ses grandes affiches de photographie en noir et blanc, permettent à l’artiste engagé d’exposer partout où il le souhaite, dans les favelas brésiliennes, les bidonvilles kényans ou même dans les rues de Bombay. Ses œuvres deviennent ainsi la possession de tous et soulignent la démarche humaniste de l’artiste.

Récemment JR, en collaboration avec la réalisatrice Agnès Varda, a réalisé le bouleversant documentaire Visages Villages. Ce dernier retrace un parcours itinérant à travers de nombreux villages de France où les deux artistes questionnent notre mémoire et notre humanité. De ce film est née une série de portraits de gens de l’ordinaire, de celles et ceux qui forment le peuple français dans toute sa diversité.

Les différents projets artistiques de JR sont à prendre comme un tout, une suite logique dont les maillons qui les lient repose sur le social, le vivre ensemble. D’ailleurs l’exposition « Tous bâtisseurs de liens », qui se tient à l’hôtel de Sully jusqu’à fin juin se trouve être dans la ligne directe du documentaire Visages Villages. Les 50 nouveaux portraits que l’on peut y voir, sont ceux des membres de l’association « Habitat et Humanisme », qui combattent le mal logement.

Alors qu’ils sont nombreux ceux qui voient en JR un artiste « mainstream », aux revendications bien pensante et incarnant maintenant l’opposé du street art qu’il pratiquait à ses débuts ; on peut aussi considérer la démarche participative de son projet « Inside out », à laquelle plus de 260 000 personnes de 129 pays ont pris part, comme un réel aboutissement d’une pensée humaniste et internationale. Certes l’œuvre de JR n’est pas celle de Bansky, qui est pleine de cynisme et nous renvoie clairement à nos vices de consuméristes, mais elle appelle plutôt notre émotion, notre sensibilité. JR ne se fait pas l’étendard de revendications claires. Même si ses œuvres sont engagées, elles invitent à la discussion plus qu’elles ne critiquent ouvertement un fait. Il faut rappeler que l’artiste est libre de tous sponsors, donc son œuvre ne peut pas être considérée comme celle qui serait esthétisée, policée afin de ne pas blesser celui qui finance. Le succès de JR tient à l’engouement qu’il suscite, car son œuvre moderne et pleine d’humanité interpelle les différents publics du monde entier.

Cette exposition est à voir à l’Hotel de Sully
62 Rue Saint-Antoine, 75004 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Recevez toute notre actualité
en vous inscrivant à notre Newsletter
...