Interview avec iKatch, l’artiste berlinoise aux oeuvres digitales follement désobéissantes

English version

iKatch

iKatch est une artiste berlinoise passionnée par l’image et les possibilités de la transformer en mixant les outils. En combinant plusieurs applications mobiles, elle créé des oeuvres digitales nouvelles qui n’obéissent pas aux codes. Elle nous explique.

Ton travail est frappant par son côté atypique et même si on te suit sur les réseaux sociaux, on ne sait pas vraiment qui tu es. Qui est-tu iKatch ?

iKatch : Eh bien mon nom est Kathrin, je suis née en 1980 et je vis à Berlin depuis 1998 et je suis maman depuis 2012. J’aime la nature et tout ce qui est naturel. J’ai toujours été créative, je m’exprime donc par la création. En 1998 j’ai appris à manipuler des images sur un PC sous Windows 98 pendant un court moment. En 2014 j’ai commencé un projet de mode, upcycling iKatch textile mais depuis 2017 je suis de nouveau dans l’art numérique. Actuellement je suis vraiment enthousiaste car il y a tellement de choses à apprendre et je pense que c’est la bonne chose à faire.iKatch

Devant ton travail, on essaye toujours de comprendre comment tu créé et avec quoi. On sait qu’il y a de la photographie, mais c’est complexe. Peux-tu nous parler de ton processus créatif ? 

iKatch : En effet, tout commence par une photo (ou une image en général) qui attire mon attention, m’inspire. Je démarre le processus avec diverses applications sur différents appareils – parce que j’aime apprendre et combiner expérience et expériences. Les possibilités qui s’offrent à nous aujourd’hui sont fascinantes. Il y a de nombreuses bonnes applications pour smartphone et si vous les connectez vous pouvez réellement construire votre propre photoshop sur un téléphone! Les appareils mobiles permettent une flexibilité supplémentaire et je m’en sert pour créer n’importe où.iKatch

Ce processus est-il le résultat de recherches ou tu savais ce que tu vouliez faire dès le début ?

iKatch : C’est vraiment au feeling, ce n’est pas planifié, je vais juste de l’avant, j’essaie de nouvelles techniques, et quand j’aime le résultat, je continue, sinon je fais un pas en arrière.

Quelle est la chose ou l’étape la plus compliquée lorsque tu crée ?

Il y a la création libre et il y a des collaborations. Je préfère aller au feeling, sans attentes spécifiques. S’il existe un partenaire ou un client collaboratif ayant une certaine idée, la création devient plus difficile. Il est difficile d’appliquer l’expression ou la technique d’une image qui a été créée librement à une image fournie par une collaboration ou un client. Parfois c’est impossible à cause de l’image originale, de sa qualité, de son arrière-plan, de sa résolution, etc. Mais je fais toujours de mon mieux pour rendre tout le monde heureux.

Pourrais-tu nous présenter une de tes œuvres qui occupe une place spéciale dans ton cœur ?

sureau-fleur <3iKatch

Parce qu’il y a le lien entre l’homme et la nature, qu’il mûrit, périt … et d’ailleurs, c’est une plante géniale.

Nous pouvons dire que tu es un portraitiste de nouvelle génération parce que tu représente souvent des portraits. Qu’en penses-tu ?

C’est une bonne question … Je suppose que je suis à la recherche de quelque chose chez les gens. J’approfondie cette quête en travaillant sur des portraits.

Les visages t’inspirent ?

Oui, en particulier le lien entre l’humain et la nature, les formes et les couleurs émergeantes en symbiose – cela pourrait être mon côté ésotérique.

Généralement quelles sont tes sources d’inspiration ?

Apprendre de nouvelles choses (applications, techniques …), le mouvement, le processus de création, les émotions, les gens et la nature, les artistes et l’art…

Quels sont les outils techniques et artistiques que tu utilises ?

Glitch art, techniques: pixelorting, datamoshing, degivrage.

En quelques mots, comment définiriais-tu ton travail ?

Abstrait, expérimental, personnel.iKatch

On dit que les possibilités de création sont infinies avec le numérique. Qu’en penses-tu ?

Je suppose que c’est une évolution mutuelle des idées et de la technologie. Le fantasme est illimité, et comme toujours de nouvelles idées créatives peuvent être réalisées selon la technologie disponible, et vice versa, il y a un développement interdépendant des deux.

Où peut-on voir tes œuvres en vrai ?

Pour l’instant, seulement si vous commandez une impression. Aucune exposition jusqu’à présent, mais elles sont en cours pour l’année prochaine. Je vous inviterai le moment venu.

Où peut-on te rencontrer ?

Vous pouvez me rencontrer à Berlin Treptow. Laissez-moi un mot et retrouvons-nous!

iKatch

Quelle galerie, musée, lieu de création, lieu d’art alternatif nous recommandes-tu à Berlin ?

Berlin est dotée d’une scène artistique très vivante qui change tout le temps. La scène la plus constante est certainement le street art qui dispose même de son musée, Urban Nation. En ce moment, il y a quelques centres d’art intéressants autour du quartier Schöneweide, tels que Kaos et Funkhaus. Mais on ne sait jamais, tout comme le légendaire Tacheles, ils pourraient disparaître, espérons qu’ils seront remplacés si cela arrivait. Ici, vous devez être rapide, ouvert d’esprit et curieux.

Quel artiste nous recommanderais-tu ?

Il y a tellement de grands artistes, numériques et analogiques, et chacun a son propre style, sa propre expression, j’aime cette diversité. Pour n’en citer que quelques-uns qui m’inspirent beaucoup: Archan Nair, Jana Brike, George Red Hawk, Felix Rothschild.

Un message à nos lecteurs ?

Je vous remercie, beaucoup d’amour et de paix.

Par

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Recevez toute notre actualité
en vous inscrivant à notre Newsletter
...