Une rétrospective sur Fujita, le plus français des artistes japonais, à Paris

Foujita, Autoportrait, 1929, The National Museum of Modern Art, Tokyo © FONDATION FOUJITA / ADAGP, PARIS, 2018

Une exposition exceptionnelle à ne pas manquer : La Maison de la culture du Japon consacre une rétrospective à Fujita, plus français des artistes japonais. Instituée “Foujita, œuvres d’une vie (1886-1968)”, l’exposition retrace la carrière incroyable de l’artiste, de son arrivée à Paris en 1913, à sa mort en 1968. Mettant ainsi en lumière le faste des années folles du Paris des années 1920.

Fujita

Léonard Tsuguharu Foujita, Combat I. (1928)
© Fondation Foujita / Adagp, Paris, 2018 © Maison- atelier Foujita. CD Essonne. Photographie Laurence Godart

Fujita, le plus français des artistes japonais

Fujita est sans doute le plus français des artistes japonais. Né en 1886 à Tokyo, Tsugouharu Foujita était passionné par la France et se voyait à Paris après ses études aux Beaux-Arts de Tokyo. C’est en 1913, après avoir obtenu son diplôme qu’il débarque à Paris un matin d’août, dans le quartier du Montparnasse. Un séjour qui s’avère plus long que prévu car l’artiste s’installe dans la capitale et développe sa peinture au fil de rencontres qui influencent sa technique. C’est n’est qu’en 1920 que Fujita met au point un style personnel après s’être essayé au Cubisme et au style du Douanier Rousseau. Il fréquente alors les artistes Manuel Ortiz de Zarate, Picasso, Ruytchi Souzouki, Amedeo Modigliani, Henri Matisse, et devient l’une des figures emblématiques de l’Ecole de Paris. Il quitte la France en 1930 pour une tournée en Amérique Latine et au Japon où il devient peintre aux Armées, avant de revenir définitivement 1950. Ce retour en Fujita France marque un tournant dans sa peinture. Il réinvente une figuration étrange peuplée d’enfants au teint de porcelaine, d’animaux sortis de contes ou de compositions hors du temps. Il consacre la fin de sa vie à l’art religieux inspiré par des maitre de la renaissance flamande ou italienne.

Cette rétrospective qui propose de porter un regard inédit sur l’oeuvre de Fujita, présente l’essentiel de 60 ans de création. Une dizaine d’œuvres des années 1930 et 1940 réalisées en Amérique latine et au Japon – notamment deux peintures de guerre sont montrées à Paris pour la première fois.

Fujita, Oeuvre d’une vie
Du 16 janvier au 16 mars 2019
Maison de la Culture du Japon
101 bis Quai Branly, 75015 Paris

À LIRE AUSSI

Par

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

...