Songhoy Blues: ‘notre musique est métissée’

Entre rock, blues et énergie du désert.

S’exprimer en tant qu’artiste, pendant une période de guerre, est très souvent un acte de résistance. Voilà l’histoire d’un quartet originaire du nord du Mali, Songhoy Blues, un groupe découvert par Damon Albarn (Gorillaz, Blur) via son projet Africa Express, dont le premier album ‘Music in Exile’ est sorti en février 2015.

Exilés à Bamako, où ils ont fui en 2012, les djihadistes du nord du pays, les quatre musiciens ont proposé un premier album porté par les guitares, la basse et la batterie où ils redonnent des lettres de noblesse au blues en y ajoutant des ritournelles mandingues et des riffs touaregs sous des rythmiques endiablées. Des titres tels que ”Irganda” et ”Al Hassidi Terei” cohabitent entre le traditionnel et le moderne.

Lors de leur passage à Paris pour le festival Fnac Live, nous avons eu l’opportunité de rencontrer le leader du groupe Aliou Touré dont la fraîcheur et la spontanéité ont su émerveiller notre entrevue. Nous avons évoqué avec lui : la création du groupe, leur univers musical atypique, l’histoire de l’album ‘Music in exile’.

Monsieur Benedict
Par

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

...