Urbex : on a visité l’ancienne école d’architecture de Nanterre, un trésor saccagé

École d’architecture de Paris-La Défense, Nanterre, Jacques Kalisz et Roger Salem architectes, 1970-71 (photographiée en 2012) – © Bernard Marel

Pénétrer dans des lieux abandonnés, une pratique pas très légale, mais qui ne cesse de faire parler d’elle. Notre curiosité ayant été attisée, nous sommes allés visiter un lieu far de l’urbex. On partage avec vous cette récente trouvaille aujourd’hui !

Mais l’urbex, qu’est ce que c’est ? De l’anglais « urban exploration », c’est une activité consistant à découvrir des lieux abandonnés, construits par l’homme. Souvent dangereux, ils sont interdits d’accès. Mais les « urbexeurs » bravent ces interdictions, et c’est ce qui donne tant d’adrénaline.

Tentés ? Il vous faudra de la patience pour dénicher ces lieux, mais cela fait parti du jeu. Cette pratique se partage de bouche à oreille, car chacun souhaite préserver ses découvertes afin qu’elles ne soient pas saccagées. Mais ne vous inquiétez pas, avec beaucoup de volonté et de recherche, vous pourrez aussi trouver de nombreuses adresses sur internet. De plus, l’urbex est partout. Il touche toutes sortes de lieux : métros, chantiers, usines, hôpitaux, toits d’immeubles, souterrains, monuments… Rien qu’en vous promenant dans les rues, vous pouvez en voir. À vous de jouer !

Un trésor saccagé

Pour cette première exploration, nous nous sommes rendus à l’école d’architecture de Paris-Défense à Nanterre. Réalisé par Jacques Kalisz et Roger Salem en 1971, ce bâtiment est une œuvre expérimentale reconnue internationalement. Il est en effet un lieu emblématique de l’architecture française des années 70. Depuis 2005, cette école est d’ailleurs susceptible d’être inscrite au titre des Monuments historiques de France.

Désaffectée depuis 2004, cette université était un véritable trésor pour les « urbexeurs », notamment grâce à son assemblage métallique non structuré des années 70, et grâce à son immense espace de 10500 m2. Malheureusement, ses visiteurs n’en n’ont pas vraiment pris soin. Elle est aujourd’hui totalement saccagée et pillée, ce qui lui fait perdre son charme atypique. On peine même à marcher au milieu de toute cette casse. Heureusement, les nombreux graffitis sont encore là pour lui redonner vie !

Beaucoup oublie trop souvent l’esprit de l’urbex : le but n’est pas de détruire les lieux ou de les piller, mais de les visiter, et d’y laisser sa trace grâce à de belles œuvres (si vous savez faire évidemment !).

Un destin incertain

Serge Kalisz, le fils de l’architecte Jacques Kalisz, entreprend des actions depuis quelques années maintenant. Il souhaite préserver cette école en la mémoire de son père, mais rien n’a aboutit jusqu’ici. Président de l’association « Les amis de l’école d’architecture de Nanterre », il a envoyé plusieurs lettres au ministère de la Culture, mais aussi à l’ancien président de la République, François Hollande : aucune réponse.

Le destin de cette école est donc encore incertain. Entre la dégradation qui ne cesse d’être de plus en plus importante, et les menaces de destruction de la part de l’État, qui est le propriétaire, son futur s’annonce plutôt mauvais. Espérons donc que les démarches des différentes associations puissent aboutir à une réhabilitation des lieux !

En attendant, on vous laisse avec quelques photos.

Photos : © Manon Jalbert / KINGZ.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

...